Les employeurs qui font rêver

Ce qui compte, c'est le professionnalisme

Quels sont les besoins du groupe EDF en matière de recrutement?

Ils sont importants depuis plusieurs années . EDF relève actuellement des défis majeurs : le Groupe poursuit son développement à l’international et renforce son outil industriel en France, que ce soit dans la distribution, les transports ou la production. À ces enjeux de développement s’ajoutent de nombreux départ à la retraite, notamment dans les métiers techniques. Tous ces facteurs font que le recrutement, l’intégration, la formation et la transmission des savoirs sont déterminants pour la mise en œuvre de la stratégie du groupe EDF.

La mobilité est-elle une réalité chez EDF, et comment se traduit-elle?

Leader sur le marché de l’énergie en Europe, EDF abrite une réelle diversité de métiers – on en recense jusqu’à 240 ! - ; le salarié peut donc y bâtir sa carrière. Il peut naturellement y développer des compétences au sein de d’une même activité, mais aussi évoluer entre différentes fonctions. Par ailleurs, EDF est présente sur tout le territoire national ainsi que dans de nombreux pays, ce qui rend la mobilité géographique, elle aussi, tout à fait envisageable. Si le groupe EDF encourage la mobilité, il le fait toujours de manière pragmatique, afin de s’adapter aux besoins des métiers et des secteurs d’activité.

Quelle est la place des femmes au sein du groupe?

Le groupe EDF est souvent regardé comme un groupe plutôt masculin. Or, nous menons une politique volontariste de recrutement de femmes dans les filières techniques. Bien évidemment, cela ne suffit pas : encore faut-il qu’elles y restent et qu’elles y fassent carrière. Nous avons fait de l’égalité salariale entre les hommes et les femmes une réalité depuis 2009, alors qu’on observe encore dans l’industrie, des écarts de rémunération importants. L’école d’origine a-t-elle une influence sur la progression salariale ? Comme souvent dans d’autres entreprises, elle joue sur le niveau de salaire de départ lors du recrutement, mais ce n’est plus vrai par la suite : on progresse dans son salaire en fonction des augmentations salariales ou générales, mais aussi selon ses changements de poste, le développement de son expertise et ses compétences. C’est au salarié de faire la preuve de ses capacités à se développer pour être reconnu et donc rémunéré en conséquence. Ce qui compte, c’est le professionnalisme. C’est pourquoi le Groupe consacre en France plus de 8% de sa masse salariale à la formation, soit 450 millions d’euros par an. Un effort aussi important que celui réalisé en matière de recherche et développement.

Contact pour votre candidature : www.edf.fr/edf-recrute

Découvrez d'autres témoignages chez EDF en cliquant ICI