Les employeurs qui font rêver

EDF: ici, la construction de son parcours prend tout son sens

En quoi votre parcours révèle-t-il la dynamique d’EDF?

Après un diplôme d’ingénieur en génie civil obtenu à l’Insa de Lyon, en 2000, et une année chez Vivendi Water, j’ai cherché à intégrer EDF, dont la diversité de postes et de métiers m’attirait. J’ai été recrutée dans l’ingénierie nucléaire, au CNEPE (Centre National d’Equipement de Production d’Electricité), à Tours, où j’ai travaillé sur les améliorations de sûreté des centrales nucléaires, à la suite de l’inondation provoquée par la tempête de 1999 sur le site du Blayais. J’ai ensuite rejoint le CNEN (Centre National d’Équipement Nucléaire) pour travailler sur mon coeur de métier, le génie civil, dans le cadre du projet EPR de Flamanville. Cinq ans plus tard, en 2010, j’ai évolué vers un poste de chef de groupe génie civil, avec 10 personnes à manager. En juin 2013, je reviens dans le domaine de la sûreté, au service sûreté nucléaire Environnement et Radioprotection, pour l’EPR de Flamanville. Depuis juillet 2015 j'ai rejoint la Direction de la Stratégie Groupe, élargissant ainsi mon horizon à des aspects plus larges notamment économiques.

La dimension internationale est-elle présente?

Oui, l’ingénierie nucléaire intervient dans divers projets à l’international. Il est possible de partir en expatriation sur des besoins ciblés, mais surtout de travailler sur ces projets depuis la France en assurant l’interface avec les équipes locales. Ainsi, en ce qui me concerne, à partir de 2007, au CNEN, j’ai contribué aux projets EPR aux États-Unis, en Chine et en Grande-Bretagne. Quand je suis devenue chef de groupe, en 2010, le projet EPR en Grande-Bretagne démarrait vraiment et l’ingénierie française commençait à être fortement sollicitée. En outre, mon groupe a réalisé des missions dans le cadre des avant-projets d’implantation d’EPR dans le monde.

L’innovation fait-elle partie de votre quotidien?

Le fait de concevoir le nucléaire de demain insuffle une véritable dynamique. Pour convaincre, il faut proposer des technologies éprouvées, en s’appuyant sur le parc existant. Les exigences croissantes en matière de sûreté nous incitent à faire mieux à chaque fois et donc à innover, tant pour la construction de nouveaux réacteurs que pour l’amélioration des performances des réacteurs existants. C’est un processus d’innovation continu.

Comment votre salaire a-t-il évolué?

Mon arrivée sur le marché du travail s’est faite dans une période de reprise du génie civil. Le salaire moyen, dans le secteur, pour un ingénieur INSA était alors d’environ 27 000 euros annuels bruts. J’ai obtenu 30 000 euros annuels bruts en rejoignant EDF. Aujourd’hui, 14 ans après, je gagne environ 60 000 euros en fi xe, plus un variable composé de l’intéressement et d’une prime de performance (réévaluée chaque année), auxquels peuvent s’ajouter, le cas échéant, des dispositifs d’aide à la mobilité géographique. La question de l’augmentation de salaire n’est pas taboue : elle est en général abordée lors des entretiens annuels.

Un géant à taille humaine 160 000 collaborateurs exercent 240 métiers chez EDF, évoluant autour de trois activités : la production et l’ingénierie, les réseaux, la vente et le trading. Nucléaire, hydraulique, thermique, gaz, énergies renouvelables, distribution, trading d’énergie… Les orientations possibles pour le nouvel arrivant sont larges, y compris géographiquement, le groupe disposant du premier parc de production en Europe. Ses compétences d’ingénierie et son expérience d’exploitant s’exportent aussi aux États-Unis, en Chine, au Vietnam, au Brésil, en Côte d’Ivoire… Un gigantisme qui ne l’empêche pas d’accompagner au plus près ses salariés. Des parcours professionnels et une mobilité accompagnés, une politique de rémunération attractive, qui comporte une partie variable liée à la performance individuelle et collective, complétée par des dispositifs en matière d’épargne salariale et de protection sociale, et par des avantages sociaux ou familiaux.

Contact pour votre candidature : www.edf.fr/edf-recrute

Découvrez d'autres témoignages chez EDF en cliquant ICI